Un univers perso pour D&D 4: Déchirure

Publié le par Khazagin

Voici un "univers" que j'ai créé (ou plutot des concepts que j'ai piqué un peu partout, qui une fois mélangés, ont donné un truc qui me plait) et destiné plus particulièrement à D&D 4, puisqu'il intègre les nouvelles races de personnages, a savoir les Drakéides, les Eladrins et les Tieflins. Il n'a aucune prétention, et peut etre tout a fait modifiable.

J'encourage d'ailleurs à insérer dans le nord de ce continent, le Comté d'Oblis, setting créé par Black Book editions dans le n°3 de son magazine: Black Box. Une preview est disponible ici .

 

Par ailleurs, l'univers que j'ai créé s'inspire par de nombreux coté d'autre sunivers bien connus, comme les Terres Balafrées, Le Seigneur des Anneaux, ou même Conan.

Les illustrations sont tirées du site de Wizards.

 

 

Mythologie

 

Au commencement étaient les Titans. Nul ne sait combien ils étaient, mais ils arpentèrent le monde et le façonnèrent à leur guise. Avide de pouvoir, ils créèrent les Dieux, pour assouvir leur soif de contrôler des êtres qu’ils jugeraient inférieurs. 

Les Dieux peuplèrent la terre et vécurent dans la crainte.

Pendant des millénaires, ils furent esclaves. Puis, l’un des Dieux parmi les Dieux décida de donner la vie, et il créa les elfes. Jaloux, son frère décida de créer les nains, pour tourner les créatures de son frère en dérision. La ou les elfes étaient grands et élancés, les nains furent petits et patauds. Les elfes vivaient au grand jour et dans les plaines, alors les nains furent condamnés à vivre dans les montagnes et les souterrains. L'artisanat des premiers nés était fin et raffiné, alors celui des nains fut grossier et rude, de même que leur langue et leur culture. 
Les deux frères ne se querellèrent pas, et ils laissèrent leurs peuples arpenter le continent.

 Par méchanceté, les Titans créèrent les Dragons.

Les créatures de leurs esclaves qui autrefois vivaient en paix, durent alors se battre ou mourir dans la gueule et les griffes des plus grands des êtres de cette terre. Peinés, les Dieux se plaignirent du sort réservé à leurs enfants. N’étant pas écoutés, ils décidèrent d’abattre leur maitres, et de se libérer de leurs chaines. Pendant plusieurs siècles, la guerre fit rage. De nombreux Dieux périrent, mais finalement les survivants parvinrent à vaincre le dernier titan, dispersant ses restes aux quatre coins du monde.
Cependant en tuant les titans ; les Dieux créèrent une autre race sans le savoir. Le sang des titans morts aux combat s’infiltra dans la terre, et s’écoula jusqu’au plus profond de ses entrailles. C’est alors que naquirent les abysses. Démons et diables, tous plus mauvais les uns que les autres, prospérèrent en attendant leur heure, ignorés de tous, dans l’abri de leurs cavernes.

Un âge de paix commença alors. Les dieux, d’un commun accord, créèrent les humains. Parmi eux, naquirent des semi-hommes, sans même que les dieux y aient pensé. Devant cette apparition impromptue d’une nouvelle race, ils décidèrent que puisque ces êtres étaient nés de leur seule volonté, ils n’avaient plus qu’à rester et trouver leur place dans ce monde.
La nature fut peuplée de créatures, et les forêts prirent de l’ampleur. La terre fut fertile et les peuples prospérèrent.

Mais l’accalmie fut de courte durée. Les Dieux eux même s’entre déchirèrent. D’un coté, Pélor, Moradin, Bahamut et Corellan, les créateurs bienveillants, durent faire face à la jalousie et la brutalité de leurs opposés : Baine, Lolth, Tiamat et Vecna. Ceux-ci, rongés par l’ambition cherchèrent à régner seuls, et déclarèrent la guerre à leurs frères. Ils levèrent des armées complètes, flattant les ambitieux et intimidant les faibles. Ils créèrent des monstres sanguinaires et les lâchèrent sur ceux qui ne se pliaient pas à leurs volontés.
Au bout de dizaines d’années de guerre ; les mages Eladrins, les elfes les plus purs de sang, réussirent à endiguer le flot damné en coupant le monde en deux. En accord avec les nains, les 
deux peuples unirent leur magie et érigèrent une muraille de magie pure, La Déchirure, qui devait séparer la terre de l’ordre des désolations du chaos. Les Dieux eux même furent rejetés de la terre qu’ils avaient façonnés et ne purent plus désormais que guider les mortels depuis le plan ou ils se réfugièrent.
Le monde fut donc séparé en deux. D’un coté les hommes, les nains et les elfes, et de l’autre les créatures des ténèbres.

Le temps à passé. Les millénaires ont succédé aux millénaires. La Déchirure, muraille infranchissable est devenue plus poreuse et des êtres ont réussi à traverser. Une nouvelle espèce est apparue : les nains ont perdu de leur puissance. Ils contrôlaient autrefois toutes les montagnes longeant la Déchirure. Maintenant, le nord de leur territoire est tombé aux mains d’obscures créatures, mi-hommes mi-dragons. Redoutables guerriers, certains ont été capturés et réduit en esclavages parmi les humains. Mais cette race farouchement indépendante n’a pas dit son dernier mot.

Plus nombreux, les humains se sont querellés avec les elfes. Les Eladrins ; chagriné par tant de bêtise, se sont retiré dans l’archipel suspendu, et ne se montrent que très rarement, et seulement auprès des mages les plus puissant, qui ont mérité leur confiance. Ceux des elfes qui n’ont pas voulu partir se sont retirés dans les forêts et les terres du nord du continent. Ils constituent un peuple dangereux et solitaire, refermés sur eux même ; ayant perdu sa magie et la fierté de ses origines. 

D'autres dieux sont depuis sont nés. Créés par les désirs et les aspirations des hommes, ils ont prit consistance et ont rejoint les premiers dieux. De l'autre coté de la Déchirure, il semble également que d'autres forces aient vu le jour...

 

Cités principales

Shadizaar

Capitale de l'Empire déchu des sultans de Shadizaar. La ville est désormais la capitale du vice, de la luxure et de la décadence moderne. Les intrigues de palais se succèdent aux orgies, et le sultan actuel se berce de l'illusion de sa puissance, pendant que ses ministres et vizirs dirigent a sa place.
Elle est le principal centre économique du continent; et ses marchés sont réputés pour etre les plus enchanteurs du monde connu; regorgeant d"épices et de curiosités.
Son armée est également la plus puissante, même s'il faut relativiser  car elle est en bien piteux état.
L'architecture globale de la ville est impossible a décrire dans les styles se croisent, voisinent et s'abatardissent. L'urbanisme est anarchique  et quiconque pourrait presque construire ce qu'il veut dans n'importe quel endroit, s'il en avait les moyens.

Située à un bon millier de Km de la Déchirure, elle se niche sur la cote Sud-ouest du continent; son port étant le principal de la zone.

Merkhos
La cité des mercenaires.

Autrefois un camp de mineurs, puis une prison, puis un vague rien du tout et désormais le repaire de tous les traine-rapière de la création. Il n'y a pas vraiment de loi dans Merkhos; et toutes les monnaies ont court. C'est ici qu'il faut être si on veut dégoter un boulot obscur ou se faire couper la gorge.
L'urbanisme set la encore plus que difficile à appréhender: des tentes, des maisons en bois, en terre et tres peu de construction en "dur"; le tout posé la ou le propriétaire avait envie, sans s'occuper le moins du monde d'un quelconque soucis d'esthétique ou de commodité. Il en résulte de nombreuses ruelles et alcôves, de même que débits de boissons et gargotes diverses; composant une "ville" informe et puante, embourbée et  inélégante au possible.
On trouve de tout dans Merkhos, notamment un Bazar aux poisons particulièrement achalandé. Tous les assassins du pays s'y rencontrent pour discuter boutique et s'approvisionner.

Les échopes de composants de sort pullulent, et leurs étals recellent de nombreux mysteres...




Publié dans Mes créations de JDR

Commenter cet article